Retour au blogue

Design Ski-Doo: une vue de l’intérieur

Le Centre Design et Innovation (D & I) de BRP regroupe une collection internationale de concepteurs parmi les plus créatifs de l'industrie des sports motorisés. C'est là que les idées se transforment en concepts et que germent les nouvelles idées de véhicules. Il s’agit du lieu de naissance des motoneiges Ski-Doo d'aujourd'hui, ainsi que des autres véhicules qui redéfinissent l'industrie comme Sea-DooCan-Am On-Road et Can-Am Off-Road.

 

Notre guide pour la journée était Matt Tandrup, directeur du design chez Ski-Doo et Can-Am. Comme il l’explique, il est chargé de superviser le développement à court et long terme des concepts d’avenir des motoneiges Ski-Doo.

"L'avenir est ici", a déclaré Tandrup en accueillant Tony Jenkins à l’intérieur: "Nous travaillons ici selon deux perspectives différentes. Il y a des produits qui seront sur le marché dans un délai de 3 à 5 ans, alors que nous travaillons sur d’autres qui le seront vraisemblablement dans 10 ou 15 ans ».

Bien avant qu'une motoneige Ski-Doo se retrouve chez un concessionnaire, même avant l’élaboration de concepts et de prototypes, les esprits s’affinent au Centre D & I de BRP pour façonner l'avenir des sports motorisés. Loin d'être un « moulin à idées », cette composante n'est qu'une partie du processus de développement de produits de BRP.

À quoi ressemble l'avenir de la motoneige? Peu de gens le comprennent aussi bien que ceux qui travaillent au Centre Design et innovation de BRP à Valcourt, au Québec. Et une invitation à franchir les multiples portes verrouillées gardant ces secrets est à peu près aussi fréquente qu'une observation confirmée de « Big Foot ». Lorsque l'expert hors-piste Tony Jenkins a eu l'occasion d’y faire une visite, nous devions vous faire partager l’expérience.

Une motoneige prend forme dans le bâtiment D & I avec des dessins et des modèles à petite échelle faits de mousse ou d’argile. Ces modèles sont examinés et débattus par une équipe de concepteurs. Dans le cas des motoneiges REV Gen4, une petite compétition a été lancée entre les concepteurs, ce qui a mené au choix de la version actuelle parmi de nombreux concepts suggérés.

 

 

« Il existe une compétitivité exceptionnelle entre les employés du Centre D & I. Les composantes des véhicules sont évaluées dans les moindres détails », explique Philippe Petit, chef de produit pour la plate-forme Ski-Doo REV Gen4. « Une composante particulière dont j'étais responsable a été rejetée parce qu'elle pesait 7 grammes de trop », a-t-il ajouté.

L'évaluation des concepts est faite de nombreuses façons, mais l'une des plus compétitives est l'évaluation dite « miroir ». Le processus implique deux petits modèles conceptualisés (réduits à l’échelle d’un tiers ou d’un quart) divisés en deux parties égales selon leur ligne centrale. Une moitié de chaque modèle est placée de chaque côté d'un « miroir diviseur », donnant aux designers une vue complète de chaque concept. À tout moment, ils peuvent donc passer immédiatement de l'autre côté et considérer une idée différente.

Cependant, le simple fait qu'un concept soit approuvé ne signifie pas qu'il obtient le feu vert. Avant de pouvoir aller de l’avant, le département d'ingénierie doit valider en faire la validation pour s’assurer que des éléments, tels que l'outillage, les matériaux et la capacité des chaînes d'assemblage permettent sa réalisation. Et si ce n’est pas le cas pour le moment, quel serait les coûts pour y arriver.

« Une fois que nous avons un concept d’approuvé, le jeu de ping-pong commence entre les concepteurs du produit et l'ingénierie », a déclaré Petit.

BRP est dans une position avantageuse, après avoir fait dès le départ le choix judicieux d’établir son bâtiment D & I juste à côté de celui de l'ingénierie. Les échanges et collaborations sont constants entre les deux équipes. Des « discussions saines » entre les équipes de conception et d'ingénierie font partie du processus. Et oui, ils tiennent le pointage!

Alors que les deux parties continuent de mettre le projet au point, les modèles en styromousse et en argile s'agrandissent jusqu'à ce qu'il n’y ait plus qu’un modèle en argile de grandeur nature avec lequel le travail se poursuit. Mais l'imagination et la création ne s'arrêtent jamais.

« Ce qui est formidable avec l'argile c’est que nous pouvons constamment redimensionner, façonner, ajouter ou soustraire jusqu’à la plus petite parcelle du modèle », a déclaré Tandrup. « Nous pouvons constamment tester de nouvelles idées tout au long du processus pratiquement jusqu'à ce que nous commencions à construire de vrais motoneiges »

Alors, combien de temps s’écoule-t-il entre le moment où le concept est dessiné jusqu’au moment où les prototypes sont assemblés et testés?

« Il faut généralement de 24 à 36 mois pour qu'une idée passe d'un croquis sur papier à la phase du test d’un prototype. Parfois même plus longtemps selon l’ampleur du « projet », a mentionné Tandrup.

« Nous tirons notre inspiration de multiples sources », a déclaré Petit. « On puise dans nos expériences passées, on est très attentif à la demande des consommateurs, mais nous ne partons presque jamais de zéro. Je dis toujours: Vous ne pouvez jamais obtenir le vert sans d'abord passer par le jaune et le bleu ».